Nintendo Wii U

Assassin's Creed III

Test Wii U

Assassin's Creed III

Par blackoo - Le 09 janvier 2013

Acteur phare du lancement de la Wii U, Ubisoft propose une gamme de jeux divers et variés pour quiconque acquiert la nouvelle console de Nintendo. Assassin’s Creed III fait partie des portages proposés par l’éditeur français et nous propose donc pour la première fois sur une console de salon Nintendo, de prendre part au combat entre les assassins et les templiers. Si à chaque épisode une période spécifique de l’histoire est traitée, ce troisième opus nous propose un voyage au cœur de la révolution américaine et marquera la fin de la première trilogie de la série.

 
1Reprenant l’histoire là où Revelations s’arrêtait, Assassin’s Creed III narre les aventures de Desmond Miles, à la recherche d’un temple construit par une civilisation ancienne aux alentours de New-York afin d’empêcher un cataclysme qui provoquera la fin du monde, à la date fatidique du 21 décembre 2012. Pour les non-initiés, rappelons que Desmond Miles est issu d’une longue lignée d’assassins et a la capacité d’utiliser une machine, l’animus, qui lui permet d’explorer sa mémoire génétique, soit les souvenirs de ses ancêtres (et au joueur d’incarner ses derniers, comme Ezio Auditore ou Altaïr). Ce pauvre bougre est poursuivi par la multinationale Abstergo (l’ordre des templiers moderne) qui cherche à se procurer des fragments d’Eden, technologie d’une ancienne civilisation qui lui apporterait le pouvoir absolu et le contrôle de l’humanité. Pour cela, ils ont besoin des souvenirs des ancêtres de Desmond afin de connaître l’emplacement de ces fragments. Dans les différents jeux de la série, il fera la rencontre d’êtres issus de l’ancienne civilisation dont Minerve, qui lui confiera la lourde tâche d’empêcher la fin du monde et c’est dans ce contexte que débute l’aventure de ce troisième volet. Arrivés dans le temple, Desmond et sa bande tombent face à une immense porte qui ne s’ouvrira que grâce à une clef dont ils ignorent l’emplacement mais que l’animus pourrait les aider à retrouver. Plus question ici de la période des croisades ou de la renaissance italienne et place à la révolution américaine sur une période allant de 1754 à 1783, à l’époque où l’Amérique était encore un regroupement de colonies britanniques. Vous incarnerez Connor Kenway fils d’un britannique et d’une Mohawk qui, après la destruction de son village par les soldats anglais (sous couvert des templiers), intégrera l’ordre des assassins afin de se venger et protéger son peuple.
 
2C'est donc après un tutorial plutôt long et surprenant dans son déroulement et son issue que vous prendrez les commandes de l'assassin en devenir qui sera formé par un ancien membre de la confrérie, Achile. Ce vieil homme formera Connor aux aptitudes qui feront de lui une véritable machine à tuer de l'ombre. Cet apprentissage se fera via une série de missions diverses et variées où le joueur apprendra les bases de la traque, de la filature, des déplacements furtifs ou autres acrobaties spectaculaires ainsi que du combat. Et à bien des niveaux, nous sommes forcés de constater qu'Ubisoft a su retenir ses erreurs passées. Se maniant avec une aisance déconcertante, Connor sera aussi à l'aise sur les toits des villes que dans la cime des arbres et la notion de parkour prendra ici tout son sens. Les déplacements sont fluides et les commandes répondent parfaitement, finis donc les sauts hasardeux ou les changements de trajectoires involontaires des anciens épisodes. Un sentiment de fluidité renforcé également par une course revue qui permettra par exemple d'éviter les obstacles sans casser l'action. Notez aussi que le cycle des saisons est présent et influe sur les environnements au niveau visuel mais aussi sur les déplacements de notre héros, lorsqu'une épaisse couche de neige viendra blanchir la zone de jeu et ainsi rendre les déplacements à pied plus lents (et tellement bien retranscrits dans l'animation et le son). Les montures sont bien évidemment au programme pour diminuer les temps de trajet et il sera même plus aisé d'appeler son cheval à n'importe quel moment via une pression sur le bouton correspondant sur l'écran du GamePad, sans avoir à passer par un quelconque menu ou touche de raccourci. De plus, la zone de jeu étant vraiment énorme, le joueur pourra utiliser des déplacements rapides accessibles directement sur la map, ces derniers nécessitant parfois une phase de recherche avant d'être disponibles (dans les égouts pour les villes notamment). Coté combats, là encore de gros efforts ont été réalisés à tel point que si l'IA est devenue très agressive et que la violence est plus palpable, le système d'esquive rend les choses presque trop simples. Le bouton A sert en effet à parer n'importe quelle attaque ennemie avec la possibilité de contrer par la suite ce qui permet de se débarrasser assez aisément de ses adversaires, bien que certains réussissent assez bien à anticiper les mouvements de Connor. Même s'il sera difficile de porter des attaques en cas de surnombre, il sera donc en revanche très facile de tout parer pour fuir en bashant simplement le bouton d'esquive. Pour ces affrontements, le héros dispose d'un arsenal assez vaste d'armes à feu d'époques (pistolets à silex, mousquets), efficaces mais longues à recharger et donc assez peu pratiques, mais également d'armes contondantes comme l'infaillible tomahawk ou les célèbres lames d'assassin. Au rayon des nouveautés jouissives on trouvera les dagues à cordes, vous permettant d'attraper n'importe quel ennemi qui passe lorsque vous êtes dans un arbre afin de le pendre.
 
3Ce qui frappe tout de suite dans ce troisième opus c'est la sensation de gigantisme car oui Assassin's Creed III est énorme, que ce soit en terme de surface que de contenu. Les différentes zones sont gigantesques ; les villes comme Boston ou les grandes forêts de la frontière. La vie qui y règne est retranscrite de manière vraiment bluffante tant au niveau visuel que sonore. Et si les habitants des villes vaqueront tous à leur occupation avec un naturel déconcertant, les zones boisées ne seront pas en reste avec une faune variée et criante de réalisme, les loups pourchassant par exemple n'importe quelle proie qui passera à vue. Et si la trame principale du jeu propose déjà des longues heures de jeux, de très nombreuses activités vous seront proposées en marge de celle-ci. Nombreux sont les PNJ qui auront besoin de votre service pour diverses tâches plus ou moins ingrates comme récupérer des objets disséminés çà et là, donner une correction ou assassiner divers vilains, escorter ou protéger des personnages pendant qu'ils ramassent leur récolte par exemple, chasser les nombreuses espèces d'animaux qui vivent dans la région (avec des pièges, appâts, etc.) et j'en passe. De plus, Ubisoft propose de nouveau des phases de gestion comme dans les anciens opus avec une première partie où le joueur devra gérer une équipe d'assassins ralliés à sa cause et les envoyer en mission afin des le faire monter en puissance et ainsi récupérer divers butins sans bouger le petit doigt mais aussi et surtout la possibilité de les faire intervenir à n'importe quel moment du jeu. Ainsi, Connor pourra demander à l'un de ses acolytes de faire diversion pendant qu'il se faufile derrière un cortège de gardes ou bien d'assassiner furtivement un ennemi à sa place, le tout sur une simple pression d'un bouton. La seconde partie concerne la gestion d'un domaine qu'il vous faudra faire prospérer en y faisant s'installer divers artisans capables de récolter ou fabriquer des ressources que Connor pourra utiliser (armes, consommables, etc.) ou revendre selon ses besoins.  Autant dire que la durée de vie est vraiment excellente car les nombreuses missions secondaires variées et rarement répétitives ne viennent pas la gonfler artificiellement. La gestion des assassins apporte un vrai plus pendant les missions principales et voir son domaine évoluer et se transformer petit à petit en village est un réel plaisir.
 
4Mais la grande nouveauté de cet Assassin's Creed III est sans nul doute les phases de mission navales. Essentiellement disponibles en tant que missions secondaires, ces missions proposeront au joueur d'incarner le capitaine de l'Aquila, un navire que Connor devra dans un premier temps remettre en état avant de pouvoir en prendre la barre et partir à l'assaut des mers pour terrasser la marine anglaise ou libérer des routes commerciales. Véritable jeu dans le jeu les missions maritimes vous permettent de diriger le navire en tenant compte du vent et de la voilure et prendre part à des batailles épiques. Connor devra donner des ordres à son équipage afin de tirer sur ses ennemis via divers canons ou éviter les projectiles ennemis en indiquant à ses hommes de se baisser. Le rendu de l'océan est à couper le souffle et si les premières missions feront office de balade sur une mer d'huile, il n'en sera pas de même quand la tempête fait rage et que des vagues destructrices s'abattront sur votre navire. Notez également que l'Aquila pourra être upgradé via un magasin dédié afin de bénéficier d'une meilleure coque ou de canons supplémentaires mais que des telles améliorations demanderont un compte en banque bien fourni. Grosse nouveauté de ce troisième opus, les batailles navales sont vraiment très réussies et criantes de réalisme à tel point qu'Ubisoft avait pensé en faire un jeu à part pendant un moment et l'on comprend pourquoi.
 
5N'oublions pas non plus qu'en plus de Connor, le joueur sera amené à contrôler Desmond au travers de différentes missions d'infiltration et de plates-formes afin d'aller récupérer des artefacts qui lui permettront d'activer des mécanismes dans le temple et ainsi en apprendre plus sur l'ancienne civilisation et le destin tragique qui attend la terre si il n'arrive pas à empêcher le cataclysme annoncé. Plutôt basiques dans l'ensemble ces phases de jeu auront le mérite de diversifier un peu les environnements et permettront au joueur de faire une petite pause rafraichissante dans l'histoire de Connor. Desmond vivant à notre époque, le joueur sera donc amené à visiter des endroits radicalement différents de ceux qui sont familiers au guerrier Mohawk. Sortes de parenthèses dans le déroulement du jeu (bien qu'en réalité assez longue mais si peu face à la partie de Connor), ces missions seront cependant indispensables pour arriver au but ultime du jeu, ouvrir la grande porte du temple et peut-être sauver le monde d'une fin tragique.
 
6Enfin, et même si le manque de joueurs se fait cruellement ressentir, abordons le multijoueur en ligne de cet Assassin's Creed III. Reprenant les bases de Brotherhood ce mode propose aux joueurs de s'affronter dans des arènes fermées mais très animées (villes, port, etc.). Si divers types de parties sont proposées (Deathmatch, jeu en équipe, domination, meute, etc.) l'essence repose sur la notion de cible et de poursuivant. Ainsi selon le mode choisi, le joueur incarnera la cible ou le poursuivant d'un autre joueur. S'il est une cible, le joueur devra rester le plus discret possible dans la foule afin de ne pas se faire repérer, se cacher et ne pas attirer l'attention. Le poursuivant devra quant à lui identifier et retrouver sa proie parmi les pnj et disposera pour cela de divers outils comme un indicateur visuel ou bien encore le déclanchement de battements de coeur lorsqu'il passera à proximité. L'assaillant aura également divers objets à sa disposition afin de confondre sa victime comme par exemple des pièces qu'il pourra jeter au sol et qui feront réagir les PNJ mais pas la cible qui sera alors démasquée (mais qui pourra humilier son poursuivant si elle réagit avant lui). Proposant de nombreuses options de personnalisation et un système d'évolution par niveaux, le mode multijoueur d'Assassin's Creed III est complet et bien pensé mais souffre, sur Wii U en tous cas, d'un manque de joueurs avéré. Il sera donc parfois bien difficile de trouver une partie tant les acheteurs du jeu ne semble pas s'y intéresser.
9
La série Assassin's Creed gagne ses lettres de noblesse avec ce troisième épisode franchement réussi. Proposant une réalisation de qualité et un contenu des plus riches, le joueur prendra beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Connor, un héros qui perd ses repères dans un univers colonial qu'il ne maîtrise pas et contre lequel il ne peut pas grand-chose. Le meilleur jeu de la série et l'une des valeurs sûres du lancement de la Wii U.

  • Techniquement réussi
  • Durée de vie énorme
  • Jouable au GamePad indépendamment
  • Utilisation du gamepad limitée
  • Des bugs fâcheux
  • Trop peu de joueur en multi
  • Certaine linéarité dans les missions principales

blackoo

Je mange du troll au ptit déj'
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte