SWITCH

Splatoon 2

Test SWITCH

Splatoon 2

Par rifraff - Le 18 juillet 2017

Sorti sur Wii U mi 2015, Splatoon, premier du nom, a instantanément créé un genre et trouvé une place de choix dans le cœur des gamers, et en particulier des fans de Nintendo. Mais si le jeu a remporté un succès planétaire, il est clair que "l'échec" de la Wii U ne lui a pas permis de rencontrer l'audience à laquelle il aurait pu prétendre... Mais tout risque de changer avec Splatoon 2, une "suite" qui vient éclabousser la Nintendo Switch, la nouvelle console de Nintendo d'ores et déjà promise a un bien meilleur destin... Mais Splatoon 2 est-il vraiment une suite ?

Splatoon en remet une couche

Si depuis le lancement de la Nintendo Switch, son catalogue peut déjà s’enorgueillir de nouvelles IP comme 1,2 Switch et surtout ARMS, il reçoit aussi de plus en plus de portages et de versions remastérisées, notamment de jeux Wii U comme LEGO City Undercover,  Mario Kart 8 Deluxe ou encore Pokken Tournament DX. Cependant,Splatoon 2  ne se place à priori pas dans cette catégorie puisqu'il se présente comme une suite du jeu original.  Seulement, en pratique, ce n'est pas vraiment le cas, il s'agit plus d'une version 1.5 du titre original ou pour être exact, de ce qu'aurait du être le premier jeu, avec tous ses DLC et débarrassé des spécificités liées aux deux écrans de la Wii U. Alors certes, il y a des références au premier jeu; certains personnages ont évolué changé ou ont été remplacés... Il y a aussi plus de boutiques, plus d'armes et plus d'options mais l’intégralité du jeu original est contenu dans Splatoon 2 et constitue sa base; une base solide et toujours aussi rafraîchissante mais forcément moins surprenante surtout si vous avez passé des heures et des heures sur le premier jeu.

Ecrit à l'encre seiche...

Mais avant d'aller plus loin :  petite piqûre de rappel. Splatoon, qu'est-ce que c'est ?  Splatoon, c'est d'abord la contraction de "Splash !"  que l'on pourrait traduire en français par Plouf! et qui fait référence aux éclaboussures d'encre avec "Platoon" fameux film de guerre d'Oliver Stone signifiant "Peloton" et dans lequel on retrouve aussi le mot "Toon" pour cartoon". Un titre qui résume parfaitement l'esprit du jeu dans lequel on se fait "la guerre" pour s'amuser avec légèreté dans de magnifiques gerbes d'éclaboussures d'encre colorée.

Splatoon, comme sa "suite", est un jeu vidéo de tir à la troisième personne  (un  "TPS » / Third Person Shooter) qui se joue principalement en ligne dans lequel les  joueurs répartis en deux équipes de quatre s'affrontent dans des arènes diverses et variées avec des armes remplies d'encre colorée un peu à la manière d'une partie de Paintball, à la nuance près que si les joueurs peuvent s'éliminer entre eux en se tirant dessus, le but premier du jeu est d'asperger d'encre le plus de surface possible. Une nuance de taille qui rend le jeu bien moins déplaisant que la majorité des TPS ou bien souvent le but est de survivre en flinguant un maximum d'adversaires.

Une fois encore, le jeu est construit principalement autour des Guerre de Territoires et chaque partie se déroule toujours de la même façon, Il faut d'abord réunir huit joueurs en local ou en ligne qui sont ensuite répartis aléatoirement en deux équipes de quatre (à moins de jouer en équipe avec des amis) qui se retrouvent catapultées dans une zone (choisie au hasard ) et placées à l’opposé de la carte l’une de l’autre.  Chaque équipe a alors trois minutes pour repeindre toute la zone avec sa couleur en utilisant différentes armes à sa disposition (pistolet, rouleaux, sceaux, etc) sachant que chaque arme en cache en réalité trois (une principale, une secondaire et une spéciale) et que les aptitudes extraordinaires des héros du jeu, les Inkling sont aussi à prendre en compte.

Ça fait splash!

Reprenant l'adage bien connu des développeurs de jeu (mais aussi des scénaristes de film) selon lequel les personnages sont l'action, les Inkling personnifient à merveille le gameplay du jeu.Créatures mi -humaine et  mi-calamar elles peuvent d'un côté, marcher, courir, sauter, tenir des armes et s'en servir pour tirer comme un humain et de l'autre se transformer à tout moment en calamar pour plonger et se déplacer tel un poisson dans leur propre encre.(l'encre de leurs adversaires les ralentissant et pouvant même les liquider) Une particularité indispensable pour échapper à des tirs ennemis et disparaître pendant un moment de la carte (en se déplaçant sous l'encre ou encore pour atteindre une plateforme trop haute, en montant le long d'un mur très haut, préalablement peint. C'est aussi le seul moyen (en plongeant dans son encre) pour recharger le niveau d'encre de son arme.

Il faut donc, en fonction de son jeu mais aussi du niveau proposé (chaque niveau ayant ses particularités) bien choisir son arme (incluant l'arme secondaire et  spéciale) et en permanence jongler entre les deux formes pour essayer d'éviter de se faire liquider et d'encrer un maximum de surface dans le temps imparti.

Evidemment, si vous connaissez déjà Splatoon, vous connaissez tout cela déjà par cœur et vous ne serez pas dépaysés, bien au contraire. malgré quelques "nouveautés" : quelques nouvelles cartes, de nouvelles armes principales comme le double encreur qui permet de réaliser des petites roulades d'esquive ou encore de nouvelles armes spéciales particulièrement jouissives comme le chromo-jet, le choc chromatique ou encore le multi missile. 

Ça fait tâche...

Si vous espériez de vraies grandes nouveautés, il vous faudra revenir pour la sortie d'un hypothétique Splatoon 3 car en l'état vous risquez d'être déçu. Graphiquement, le jeu est quasi identique au titre précédent avec quelques améliorations tout de même et une technique plutôt au point (si on excepte quelques ralentissements et surtout des problèmes de déconnexions intempestives inhérentes à de nombreux jeux en ligne) et à moins d'être allergique aux couleurs flashy,son style est toujours aussi irrésistible avec à la fois un côté très enfantin et très kawaï et de l'autre une esthétique très mode et digne des derniers cahiers de tendance. On note tout de même une tendance à l'Occidentalisation avec cet épisode. Les deux nouvelles égéries du jeu, Perle et Coralie du groupe tenta-Cool semblent tout droit sorties d'un clip de rap américain. C'est un peu décevant même si Coralie a déjà une horde de fan et qu'il faut sans doute s'habituer après des mois et des mois passés à vénérer Ayo et Oly du groupe les Calamazones (qui ne font désormais plus que de la figuration ou presque- en attendant le Splatfest ultime qui opposera les deux groupes). On peut d'ailleurs se faire la même réflexion avec la bande son du jeu qui propose toujours son lot de chansons mais qui semblent là encore s'être "occidentalisées" et qui sont peut-être moins réussies que celles du premier. En même temps, c'est sûrement aussi une question de goût... Sans compter qu'il est sûrement trop tôt pour avoir un avis tranché sur la question et qu'il faudra probablement du temps et de nombreuses écoutes pour se forger une opinion définitive...La prise en main n'a sinon que peu évolué (avec ou sans gyroscope) et reste très abordable avec une bonne marge de progression pour permettre à tous les joueurs quelque soit leur niveau, de s'amuser.

 

L'invasion des poissons pas nets

Du côté du nouveautés, le jeu en propose au moins une : le mode Salmon RUN que l'on retrouve dans les Matchs pro, en rotation avec Défense de Zone et Expédition risquée. Pour faire simple, il s'agit d'un mode Zombie à la sauce wasabi.  Il faut survivre à des vagues successives de poissons pas nets tout en récupérant leurs œufs. C'est un mode très rafraîchissant et vraiment bien pensé et réussi. 

C'est d'ailleurs principalement pour ce mode que le Chat Vocal a enfin été intégré au jeu pour permettre aux joueurs de s'organiser plus rapidement par la voix. Malheureusement autant être direct : c'est totalement raté car pour fonctionner, le chat vocal passe par une application mobile ce qui est très énervant et, disons-le, carrément incompréhensible.C'est une idée totalement débile qui franchement rebutera pas mal de joueurs sauf ceux qui aiment se faire crier dessus par des gamins de moins de dix ans nommés Killerdelamort2754- même s'il faut noter que pour l'instant le chat vocal n'est possible qu'en partie privée ce qui limite ce genre de scène mais aussi l'intérêt de la chose...

Par contre, pas de Dojo ou de mode deux joueurs comme sur Wii U et alors que l'on pensait que ce nouvel opus allait permettre de jouer à deux en écran splitté, ce n'est malheureusement pas le cas. Pourtant voilà une option qui était demandée par les joueurs... Alors évidemment, il est possible de jouer en multi avec plusieurs Switch et même d'organiser des tournois en local  avec différentes options mais c'est dommage que Nintendo n'ait pas réussi à implémenter ne serait-ce qu'un mode permettant à plusieurs amis de s'amuser au jeu sur une seule console.Même le mode Héros reste une expérience solitaire alors que ce mode aurait pu prendre une toute autre ampleur à plusieurs.

En même temps, les développeurs n'ont pas renversé la table à thé avec le mode Héros qui reste très (très) proche du mode original (avec même le retour de certains boss- en moins bien...)  Bien que fourmillant de très bonnes idées avec des environnements bien pensés (dont certains serviront ensuite de zones en multi) et de mécanismes de gameplay astucieux, le mode décevra ceux qui ont fait l'original car toujours aussi court et tenant presque du remake. De plus, le caméo d'Ayo et Oly maintes fois annoncé, n'est finalement pas à la hauteur du teasing de Nintendo. Sachant que la Switch peut être emmené partout et que dans ce cas, il est parfois difficile de jouer en ligne, Nintendo aurait pu soigner ce mode davantage pour permettre aux joueurs de s'amuser lorsqu'ils ne disposent pas de connexion (ou lorsque celle-ci délire...)  Reste que le mode Héros est toujours un super didacticiel et on le conseillera d'ailleurs aux nouveaux venus qui avec le mode Héros apprendront de façon ludique les rudiments de base du jeu. 

On lève l'encre...

Par rapport au jeu sur Wii U, il y a quelques petits changements plus ou moins importants qui seront diversement appréciés des habitués.  Ainsi, si on ne peut toujours pas zapper le petit blabla des deux nouvelles égéries du jeu, Perle et Coralie au début du jeu, par contre on nous l'épargne à chaque changement de rotation des cartes- c'est déjà ça. Evidemment, désormais le joueur ne dispose plus de deuxième écran comme sur Wii U... Alors certes c'était un peu encombrant mais finalement, cela s'avérait parfait pour utiliser le super saut et se rendre d'un point à un autre d'une zone en plein match. Le système retenu pour le remplacer est d'ailleurs beaucoup moins pratique surtout que les développeurs ont fait le choix de bannir la moindre fonction tactile (même en option) en mode portable. Le seul moment ou il est possible d'utiliser l'écran tactile c'est pour faire un dessin. Malheureusement l'écran tactile de la Switch ne permet pas l'utilisation de stylet classique et réussir à faire quelque chose de correct est tout bonnement impossible. A noter d'ailleurs que la Switch ne permet pas d'accéder à Miiverse et que les œuvres sont donc publiées sur Twitter et Facebook, et ensuite transférées aussi dans le jeu (dans les phylactères de joueurs ou en graffitis sur les murs...)

Le jeu est sinon toujours compatible avec les amiibo mais franchement cela ne sert pas à grand chose  (ni niveaux spéciaux, ni mini jeux...) si ce n'est à débloquer quelques équipements (déjà vus pour certains) et enregistrer les caractéristiques de son héros. Une déception surtout que de nouvelles figurines sortent pour l'occasion...

De toute façon, c'est simple : Splatoon 2  est un jeu addictif qui ne s'apprécie pas à moitié. Soit vous adorez (le style, l'ambiance, les mécanismes de jeu, la communauté...)  et dans ce cas là vous allez jouer longtemps; et plus vous jouerez plus vous aurez envie de jouer pour débloquer des armes, des équipements et améliorer vos stats... Et peu importe que le jeu soit une vraie-fausse suite. Soit vous aimez un peu ou moyennement et dans ce cas là vous jouerez peu et serez assez vite lassé et dépassé, d'autant plus que dès les premiers jours de commercialisation du jeu (et même avant) il y avait des as de la gâchette qui maîtrisaient déjà parfaitement tous les mécanismes et rouages du jeu...

Comme pour le premier, Nintendo a promis de nouveaux ajouts réguliers pendant près d'un an et des Festimatch / Splatfest (des événements spéciaux se déroulant dans une ambiance festive et nocturne) pendant deux ans. Nul doute que le jeu s'améliorera avec le temps même s'il serait étonnant qu'il évolue et change totalement. Cependant, la note de ce test sera réajustée s'il y avait un réel changement dans les semaines et mois à venir.

 

 

8
Si vous ne connaissez pas Splatoon, vous allez découvrir avec Splatoon 2 un jeu de tir multijoueur fun et très amusant bariolé de mille couleurs pétaradantes avec une très bonne prise en main, simple et instinctive. Dans le cas contraire, vous ne serez pas surpris par ce nouveau titre qui n'est en réalité qu'une version plus aboutie du titre original avec de nouvelles armes, quelques nouvelles arènes et surtout un nouveau mode délirant : Salmon Run. Mais une fois passée la déception de ne pas avoir à faire à un vrai nouveau jeu, vous risquez de replonger une fois de plus avec délice dans le titre comme si vous ne l'aviez jamais quitté.

  • Toujours aussi attrayant et joli
  • Une technique au top
  • Une formule qui reste rafraîchissante
  • Des parties frénétiques
  • Le mode Salmon Run
  • La personnalisation
  • Ce n'est pas une suite
  • Peu de vraies nouveautés
  • Problèmes de déconnexion fréquents
  • Aucune interaction tactile
  • Le chat vocal sur mobile
  • Pas de jeu à deux en écran splitté

rifraff

https://twitter.com/rifraff_NM - WiiU : rifraff Playstation : La-Griffe
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte