Nintendo 3DS

Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia

Test 3DS

Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia

Par Saurus_no_Haineko - Le 18 mai 2017

Annoncé à la surprise générale lors du direct post-conférence Switch, Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia est un projet intriguant à bien des égares. A la manière de The Legend of Zelda : A Link Between World, il s'agit d'un jeu à la croisée entre la suite et la remake, penchant tantôt vers l'un, tentant vers l'autre, de l'un des Fire Emblem les plus particuliers de la série, Fire Emblem Gaiden. En cause ? Il s'agit du Fire Emblem qui penche le plus vers le D-RPG. Pour le meilleur ou pour le pire ? Un peu des deux.

 

 

 

1) Des yeux pour pleurer

 

 

On ne va pas se mentir, la sortie de la Nintendo Switch et son fameux écran intégré en 720p a fait et continue de faire énormément souffrir l'écran largement dépassé de celui de la 3DS. Aussi, passer d'un Zelda beaucoup plus fin et net à un Fire Emblem pixelisé, ça fait déjà mal. A cela se rajoute malheureusement un autre fait : les champs de bataille de Shadows of Valentia sont terriblement moins détaillés que ceux d'un Fire Emblem Fates qui avait vraiment su faire ses preuves. Cela ne se voit pas tant sur les décors et les environnements que sur les unités, représenté de manière extrêmement sommaire sur la carte.

 

En revanche, si l'on excepte cet aspect là, le jeu fait graphiquement le travail. C'est à dire que les donjons, bien que peu inspirés, sont modélisés de manière tout à fait correct, l'affrontement entre deux unités fait largement à honneur à Fire Emblem Fates. Surtout, ce qui fait le plus plaisir en terme de direction artistique, c'est le chara-design, complètement différent de ce à quoi Fire Emblem Awakening puis Fire Emblem Fates nous avait habitué. Un changement subtile et plaisant, très caractéristique d'un opus qui sent bon la fraicheur

 

 

2) Des yeux pour admirer

 

 

Cela dit, si Fire Emblem Echoes représente une petite déception visuelle, il n'en est rien en terme de scénario. Pour ainsi dire, en terme d'écriture, il surpasse largement ces deux prédécesseurs. Fire Emblem Echoes prend place dans le territoire de Valm, aka Valentia, divisé en deux pays. Au Nord se trouve le royaume de Riguel, gouverné par le dragon Duma. Il s'agit d'un pays rigide, froid, inhospitalier, où les hommes doivent être fort pour survivre. Au Sud se dresse Zofia, un royaume prospère, notamment grâce à la générosité du dragon Mila. Entre les deux dragons, il y a un pacte de non-agression : Personne ne doit jamais franchir le mur séparant les deux pays.

 

Nous incarnons Alm et Célica, deux amis d'enfance que le destin va séparer. Tandis que le monde dans lequel ils vivent tombe en ruine, ils vont devoir prendre les armes afin de protéger ceux qui leur sont cher. Pour Alm, il va s'agir de reprendre le royaume de Zofia, envahi par les forces de Duma et au bord de la destruction. Pour Célica, il va s'agir de trouver la vérité sur les évènements survenant actuellement, en allant parler à Mila elle même.

 

Ce qu'il faut comprendre, c'était que Fire Emblem Awakening et Fire Emblem Fates, une grande place était laissé au joueur quant à la création de l'univers dans lequel il vivait (notamment via les mariages). Cela se faisait au détriment de l'écriture générale, mais permettait une complète immersion ainsi qu'une réelle rejouabilité. Cette notion, bien que toujours présente, a largement été mis en retrait ici. Tout est planifié à l'avance. L'écriture s'en voit améliorée, mais la rejouabilité en prend un coup. Ce n'est pas mieux, ce n'est pas pire, c'est tout simplement une autre direction possible pour Fire Emblem, et puisque la série recommençait à tourner en rond, un véritable vent de fraîcheur. On espère quand même qu'un jour, la série saura trouver un équilibre entre ces deux possibilités d'exploitation.

 

 

3) Des yeux pour observer

 

 

Enfin, un Fire Emblem ne serait rien sans tactique. Que valent les combats de Shadows of Valentia ? Premièrement, et dans la droite lignée des observations faites ci-dessus, les possibilités tactiques sont beaucoup moins nombreuses qu'avant. Il y a moins de classes, moins d'évolution possible, on ne peut plus tenir qu'un seul objet... Ca ne serait pas un soucis... Si des classes supplémentaires n'étaient pas disponibles en DLC. DLC, d'ailleurs, qui sont, comme malheureusement toujours avec cette licence, abusivement cher.

 

Fire Emblem Echoes ajoute une nouvelle composante à l'équation, celle du D-RPG. Si les donjons sont modélisés de manière toute à fait correcte, on peut regretter que, d'une part, ils manquent clairement d'inspiration, et que d'autre part, ils soient peu nombreux et assez courts.  De plus, le système qui fait qu'il y ai des ennemis dans le donjon et que les batailles se fassent quand on les rencontre rend le tout extrêmement répétitif. Malgré tout, et vous l'aurez compris, c'est un aspect de jeu imparfait, mais indéniablement rafraichissant et en ce sens, complètement bienvenu.

 

Cela dit, ce n'est pas parce que le jeu possède moins de possibilités tactiques qu'il en devient forcément moins intéressant. Ce qu'il pèche de ce côté là, il le récupère au niveau difficulté. Et croyez moi : Ce Fire Emblem est sacrément épicé de ce côté là. Parfois même, un peu trop, le level design étant particulièrement retord et tordu par moment. Dommage cependant que cette difficulté là, un peu artificielle, ne soit présente que pour augmenter la durée de vie du titre, malheureusement assez courte : On en fait le tour en une vingtaine d'heures.

 

Images fournies par Nintendo

 

7.5
Résultat en demi-teinte pour ce Fire Emblem que l'on aurait vraiment aimé beaucoup plus fourni que ce que Nintendo nous offre. Politique tarifaire douteuse, graphisme en retrait, possibilité tactique en retrait, durée de vie faiblarde le jeu serait raté si il ne compensait ses lacunes par d'autres qualités que l'on ne s'attendait pas à voir ici. Qualité d'écriture beaucoup plus mise en avant, OST toujours aussi bonne, combats ardus, ce Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia est un vrai grand bol d'air frais pour une licence qui en avait bien besoin. On aurait aimé que se soit une franche réussite, ce n'est pas le cas, ne boudons pas notre plaisir pour autant.

  • Ecriture mise en avant
  • De même pour les personnages
  • Bonne difficulté
  • Un jeu purement et simplement rafraîchissant
  • Faible durée de vie
  • Et pas de rejouabilité
  • Graphiquement décevant
  • Tactique en retrait
  • Donjons pas inspirés
  • Le tarif du season pass...
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
Sondage
Quel est le jeu que vous attendez le plus sur Switch en 2017 ?
871 votants
Archives